Le compost

Depuis quelques mois Eric, le maraîcher, récupère les restes de légumes pour en faire du compost qu’il peut utiliser pour les plantations. Quelques conseils pour ceux qui hésitent à le faire chez eux, mais en préambule des idées pour jeter le moins possible.

Moins de déchets

Les légumes de l’Amap sont cultivés en agriculture biologique, sans pesticides chimiques. Leur peau est donc comestible sans risque : la plupart n’ont même pas besoin d’être épluchés, seulement bien lavés.

On a l’habitude de se débarrasser de beaucoup de parties des légumes (fanes, trognons, etc) mais beaucoup sont mangeables. Les fanes se cuisinent en tarte, en pesto ou dans les soupes, de même que les verts de poireaux. Seuls inconvénients : c’est parfois long à préparer, ça s’abime rapidement. Si vous avez le temps et le courage, pensez à chercher des utilisations avant de jeter une partie d’aliment, sur ce site ou ailleurs !

Le compost

Un seau alimentaire avec couvercle, ou un simple sac plastique peuvent accueillir les déchets. Le mieux est de les laisser sécher (un rebord de fenêtre est idéal) pour éviter que l’humidité ne s’accumule et que le compost pourrisse (mauvaises odeurs et bestioles assurées) ou  de mélanger matières humides et matières sèches (cartons coupé en petits morceaux, mouchoirs et serviettes en papier). Thé et marc de café sont compostables, ainsi que les filtres.

A éviter :
– viande et poisson
– agrumes
– oignons et ail en grande quantité (ils sont vermifuges)